top of page

Syndrome H

Image d'un scanner abdominalsyndrome infiltratif dans le cadre d'un Syndrome H
image.png

finition
 Syndromr H

Il s’agit d’une maladie auto-inflammatoire génétique rare décrite pour la première fois en 2008.

Épidémiologie 
Syndromr H

Il y a environ 200 patients avec cette maladie dans le monde à ce jour, principalement dans les pays arabes et en Inde, mais d’autres cas ont été décrits en Europe, en Asie et en Afrique et touchent autant les hommes que les femmes.


Dans la majorité des cas, les symptômes débutent dans l’enfance et la maladie est diagnostiqué à l’adolescence.

Génétique
Syndromr H

La maladie est liée à des mutations du gène SLC29A3 localisé sur le chromosome 10 et qui code pour le transporteur équilibrant humain numéro 3 (hENT3). 
La présence de 2 mutations est nécessaire pour causer la maladie. 


Les deux parents sont habituellement porteurs sains et transmettent une seule mutation ; la maladie survient plus souvent si les parents son apparentés (dans 50% des cas décrits).

Clinique 
Syndromr H

Les patients présentant dans la grande majorité des cas une malformation visible à la naissance comme une dysmorphie faciale, de déformations osseuses avec doits surnuméraires ou accrochés, malformation cardiaque ou veineuse. Puis des anomalies cutanées apparaissent à type de taches brunâtres +/- Hyperpoilues de la face interne des cuisses avec extension.  

Cette anomalie s’appelle une Hyperpigmentation/Hypertrichose et est la caractéristique la plus fréquente de la maladie, suivie par la perte auditive (Hypoacousie), le retard de croissance et/ou la petite taille, déformations des articulations des doigts ou des pieds. D’autres anomalies apparaissent ensuite par infiltration des tissus entrainant des anomalies cardiaques, une augmentation de taille du foie et de la rate (appelée Hépatosplénomégalie), une diminution de la fertilité par Hypogonadisme et un diabète responsable d’Hyperglycémie. Du fait de nombreuses anomalies commençant par la lettre H (notamment en anglais), les auteurs ont appelé cette maladie le syndrome « H ».

Biologie 
Syndromr H

Pres de la moitié des patients ont de l’inflammation dans le sang (élévation de la C Réactive Protéine ou CRP) et souvent une anémie.

Histologie 
Syndromr H

Lorsqu’on réalise une biopsie des tissus atteints, on observe au microscope un infiltrat «lymphohistiocytaire» diffus et/ou autour des vaisseaux avec une fibrose marquée.  L'infiltrat est principalement composé de cellules appelées des histiocytes.

Diagnostic 
Syndromr H

Le diagnostic de la maladie repose sur une analyse génétique qui se fait par une prise de sang pour rechercher des mutations dans le gène SLC29A3.


Le médecin référent peut proposer aux membres de la famille une consultation afin d’identifier d’autres personnes atteintes de la maladie. Il n’y a pas d’indication à réaliser de tests génétiques chez les personnes ne présentant pas de symptômes.

Évolution
Syndromr H

La maladie évolue souvent de façon chronique avec comme complication principales une surdité et un diabète. En cas d’atteinte cardiaque, il faut surveiller de près par un cardiologue.

Traitement
 Syndromr H

Les patients doivent bénéficier d’une prise en charge spécialisée dans un centre expert et d’un suivi régulier clinique et biologique pour surveiller l’inflammation dans le sang, le diabète et le cœur.


Il n’existe pas de traitement à ce jour permettant de guérir la maladie. Un traitement au long cours est le plus souvent nécessaire, notamment en cas d’inflammation chronique et d’atteinte cardiaque.

 

Certains traitements se prennent par voie orale, d’autres par injection sous la peau ou par perfusion intraveineuse.

bottom of page